#46

Retourné à sa planque, il dormit d’une bonne nuit sourde, soûle et étouffante. Il eut chaud, se réveillait souvent dans des transpirations sans pareilles, mais la chaleur le faisait se rendormir une fois réveillé. Dans l’ensemble, il récupéra.

Au petit jour, il se trouva un tuyau d’arrosage pour se laver. Et se sentit presque frais dans ses vêtements glanés. Il s’installa à la terrasse d’un café et commanda un coca light. Il passa là une bonne heure à étudier sur le guide touristique le plan du quartier où il irait repérer Louis. Il avait prévu qu’il serait activement recherché à partir de la 96ème rue au Nord, de la 76ème au Sud, et du Riverside Park au Central Park par les côtés. C’était déjà une estimation haute, et tout périmètre de surveillance plus étendu serait totalement irréaliste. Un périmètre plus probable pour la recherche active consisterait donc entre les 4 stations de métro aux alentours, réparties plutôt sur le flanc ouest du périmètre élargi. Sur les lignes bleues et rouges. Le point d’entrée dans le secteur le plus sécurisé consistait donc à venir par le parc au bord de l’eau. Et Ange se dit qu’il entrerait chaque fois dans le périmètre et n’en sortirait que par le riverside park.

Il obtenait, les ayant tracés avec un crayon, trois périmètres centrés autour de l’appartement de Louis. Trois zones dont la plus circonscrite était la plus dangereuse. Tout ceci dans l’hypothèse où Louis et Liz n’avaient pas été transférés ailleurs. Ange n’avait aucun moyen de le savoir, et il ne se risquerait de toute façon pas à aller se renseigner à Columbia. Il ne pensait pas cependant que Louis serait transféré. Il avait déjà eut affaire aux services secrets américains, et il savait qu’ils favorisaient avec les témoins et les taupes la technique de l’appât plutôt que celle du transfert. Donc il savait que la probabilité était plus élevée que les services aient maintenu Louis à son adresse juste dans le cas où Ange y reviendrait. Même si ce n’était pas le cas, rien qu’en se promenant un peu et en étant un peu sérieux sur la localisation des figures récurrentes, il s’apercevrait vite du piège, et il tenterait autre chose. Mais au fond de lui, il était presque certain qu’il ne se trompait pas en allant frapper dans la gueule du loup.

Ce qui comptait surtout, c’était qu’il changeât de déguisement chaque jour, et qu’au bout d’une semaine il échange les jours de la semaine. Et au bout de chaque pair de semaines, de nouveau tout changer. Il y aurait pas mal de turn over, mais cela pouvait vraiment payer. Pour le moment, il avait l’équivalent de trois rechanges, il aurait donc besoin rapidement de voler de nouveau des affaires, mais cela ne serait pas un problème.

Il ne paya pas son coca, et fila dans une boutique d’imprimerie et de reproduction. Il profita d’un crédit non utilisé derrière quelqu’un pour reproduire vingt fois son plan. Cela lui servirait à tracer les itinéraires repérés. Au dos de chaque plan, il n’imprimait rien, laissant une page blanche pour les notes et les horaires.

Il retourna à une autre terrasse de café. Cette fois, il repéra tous les transports. En dehors du métro, qu’il connaissait bien, il fallait repérer les bus les plus fréquents et les mieux desservis. Cela déterminerait des voies d’entrée et de sortie plus ou moins sécurisées en dedans et en dehors des territoires tracés. Ange appliqua alors sur les vingt reproductions qu’il venait de faire des itinéraires types différents pour chacune des prochaines vingt journées à venir. A chaque fois, un maximum de l’itinéraire était consacré à déambuler par des chemins détournés loin des transports, et qui aboutissaient tous à la rue de Louis. Après ces vingt premières journées, toute tail ou personne qui le suivrait devrait donc pouvoir être méticuleusement corrélée et reprécisée en fonction des schémas établis. Il suffirait de corroborer en prenant les mêmes trajets.
Ange avait un avantage sur les agents, parce qu’eux avaient des postes statiques, et se devaient de surveiller des endroits fixes. Il était libre de ses mouvements, et pouvait donc les obliger à se mouvoir et à se révéler. Une fois trouvée un agent, il serait capable de connaître son poste, puis de le tester pour savoir le niveau de capture qu’on avait exigé de lui. Plus un agent était mobile, plus le dispositif devait être léger. Ange connaissait tout cela comme on connait des systèmes souterrains, ou des catacombes. C’était comme une pensée de parisien, d’une certaine façon. Il y avait plusieurs étages de compréhension des mouvements urbains et il en connaissait déjà trois ou quatre.

Une fois qu’il eut son dispositif prêt pour les vingt prochains jours, il fallait maintenant déterminer les stops et les étapes qu’il devrait faire dans chacun de ces itinéraires, en tentant d’être aussi varié que possible, mais en même temps en jouant suffisamment sur la répétition des mêmes lieux fréquentés pour pouvoir déterminer si quelque chose de radicalement différent se présentait. Il devait, pour cela, aller sur internet, aucun livre touristique n’était suffisamment étayé pour lui fournir ces informations. Or cela lui posait problème, une recherche sur les bars et cafés du quartier étant probablement surveillée, surtout si cette recherche provenait d’un internet-café.

Il avait donc le choix entre aller  à l’autre bout de la ville dans un internet-café pour faire cette recherche ou voler un PC personnel, qu’il devrait ensuite détruire.

Il préféra la seconde option, et se résolut à voler l’appareil personnel d’un riche étudiant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s